La peur du changement

Fév 26, 2024 | Thématiques de séance

La peur du changement

Je vais aborder ici la peur du changement, qui est une thématique qui revient régulièrement lors de mes séances de kinésiologie. Que ce soit d’un point de vue professionnel ou personnel, il est parfois difficile d’aborder certains changements dans notre vie.

La peur du changement se nomme la méthatesiophobie, parfois aussi appelé néophobie, qui est la peur de la nouveauté. Les changements font partie intégrante de notre vie et sont nécessaire à notre évolution. Mais quand il est question de changer, nous résistons au lieu d’être dans l’acceptation et l’optimisme. Pourquoi ?

Peur du changement kinesiologie

Sortir de sa zone de confort

Souvent, les changements eux-mêmes ne sont pas le problème. C’est bien plus la peur et la résistance qui entrainent de l’anxiété. Car les changements nous emmènent vers une zone inconnue, ils nous confrontent à relever de nouveaux défis, à nous adapter à quelque chose de nouveau et des doutes peuvent s’installer :

  • Ai-je les compétences suffisantes pour un nouvel emploi ?
  • Vais-je réussir ?

Il est normal que le changement crée de la peur. En tant qu’humain, c’est la peur de l’inconnu qui nous amène à apprécier la sécurité et la stabilité.

Quelques peurs qui peuvent survenir :

  • La peur d’être seule
  • La peur du manque (financier, relationnel…)
  • La peur de l’échec
  • La peur de l’abandon
  • La peur du jugement
  • La peur du rejet (famille, amis…) : perte d’appartenance au clan
  • Etc.

Accepter le changement c’est parfois aussi remettre en question son identité, par exemple d’un point de vue professionel :

« Si je ne suis plus salarié X, qui suis-je ? ». Car nous avons construit notre identité avec des étiquettes qui sont difficiles à enlever. Cela crée un bug dans notre matrice mentale et l’Ego est chamboulé d’où son envie pour que le changement ne se produise jamais !

Le rôle du mental

Notre mental, n’aime pas le changement car il est dans la maîtrise, le contrôle. Il va donc trouver un tas d’excuses et de subterfuges pour nous détourner de notre envie de changer. Il n’y a qu’à voir dans le milieu professionnel quand nous abordons le changement de travail :

  • « Ce n’est pas le bon moment »
  • « Ma famille passe avant tout »
  • « J’ai un prêt en cours pour la maison »
  • « Je ne trouverai pas un aussi bon salaire »
  • « On n’est quand même pas si mal ici, je ne suis pas à plaindre »
  • « Pour le bien-être de mes enfants je ne peux pas les changer d’écoles » …

Nous sommes naturellement tournés vers le négatif au lieu de voir les choses positives qui pourraient arriver grâce au changement.


Il ne s’agit pas de supprimer la peur du changement mais de changer de perspective qui nous montre que chaque pièce à deux côtés et que nous gardons l’habitude d’en regarder qu’un seul : le mauvais côté !

Surmonter notre peur du changement et l’accepter est aussi une question d’entraînement. Tout comme quand nous avions peur de nager, de conduire, d’être parent, de prendre des responsabilités, nous avons surmonté notre peur par l’habitude. Il suffit de dépasser sa peur une seule fois pour que le mécanisme s’enclenche. Et si nous voulons obtenir quelque chose de nouveau nous devons arrêter de faire ce que nous faisons déjà…

Une question de point de vue

Parfois nous avons tendance à nous focaliser uniquement sur l’objectif, qui nous semble irréalisable et négatif : « j’ai peur que ma rupture conventionnelle ne soit pas acceptée », « et si la personne n’était pas d’accord avec mon avis ? » …

Par peur de la finalité, du verdict, nous nous empêchons de dire les choses qui nous tiennent à coeur pour enclencher le changement.

  • Et si finalement le vrai but était d’être aligné entre ce que nous pensons, ce que nous disons et ce que nous faisons ?
  • Et si le véritable défi à relever de cette expérience n’était pas extérieur mais intérieur ?

Jusqu’ici nous nous focalisons sur un but à atteindre dont le résultat n’est pas de notre responsabilité, nous n’avons pas le contrôle et c’est cette inconnue qui nous fait peur. Mais si nous changeons notre façon de voir les choses et que la véritable satisfaction est d’aller au bout de nos convictions, de nos valeurs et de nos envies sans regrets, alors nous faisons de notre mieux et nous nous détachons du résultat car il devient secondaire. C’est là, la véritable reconnexion à soi !

porte changement

Prenons l’image d’une porte. Comme nous ne savons pas ce qu’il y a derrière, il est difficile de l’ouvrir, cela nous fait peur. Mais, n’est-ce pas aussi difficile de passer sa vie devant cette porte sans l’ouvrir alors que nous avons l’envie de le faire au plus profond de nous ? Et si nous mourrons demain, nous emportons avec nous le regret de ne pas avoir osé suivre notre coeur et savoir ce qu’il y avait derrière…

Prendre des décision et oser, cela nous fait peur. Mais la plus grande peur, ce sont les regrets de ne pas avoir osé le faire.

Chrystal Marcel

Si maintenant nous changeons de point de vue avec comme but d’ouvrir cette porte pour être aligné avec notre envie profonde, pour respecter notre authenticité, l’amour que nous nous portons et ne pas avoir de regret, que ressentons-nous ? Le fait d’ouvrir la porte n’est donc « plus un but à atteindre mais une finalité à rejoindre » pour être pleinement en accord avec soi-même, tel est le vrai défi à relever.

L’homme affronte sans peur un grand danger si la force de son désir, de son émotion, de sa passion, anime son coeur…

Kurt Riezler

Voici quelques personnes qui ont suivi leur coeur et persévéré dans le changement :

  • Walt DISNEY a été licencié pour manque d’imagination
  • Steven SPIELBERG a été refusé 3 fois dans des écoles de cinéma
  • JK ROWLING a vu ses aventures de Harry Potter refusées par une dizaine de maisons d’édition
  • Les BEATLES ont été virés par leur maison de disque

Si toutes ces personnes n’avaient pas persévéré alors nous n’aurions jamais connu leurs noms !
Alors pourquoi ne pas croire en nous ? Si nous ne sommes pas certains à 100% que c’est impossible, alors c’est possible.
Comme le dit Xavier Dolan : « Tout est possible à qui rêve, ose, travaille et n’abandonne jamais ».

La kinésiologie : une méthode douce pour dépasser la peur du changement

Grâce à la Kinésiologie, je vous aide à apprivoiser cette peur du changement, à passer à l’action avec sérénité et confiance, afin de retrouver votre alignement intérieur et ce qui vous anime au plus profond de vous.

La kinésiologie va aider à identifier l’origine de cette peur du changement qui a pu être enregistrée au cours de votre enfance par exemple, à la suite d’un évènement, une forte émotion, un souvenir, une croyance, un schéma familial etc. À l’image d’un iceberg nous allons rechercher au niveau de la partie invisible : notre inconscient. En remontant à la source nous allons pouvoir libérer la charge émotionnelle enregistrée afin que vous puissiez avancer en confiance dans votre vie et faire les choix qui correspondent à votre envie profonde et non basés sur vos peurs.

À Propos de Moi

Noelia Dardina

Kinésiologue, Naturopathe, Energéticienne — J’ai à cœur de vous guider pour prendre soin de votre santé. Être en phase avec qui nous sommes, ce qui nous anime… est à mon sens, la plus belle chose qui soit !

1 Commentaire

  1. JACQUIER Caroline

    Merci pour cet article très instructif ! Si seulement je pouvais connaître le destin de JK Rowling 🙂

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest